Actualités

C’est le 13 mai dernier, à l’occasion du 68ème Congrès de l’Union nationale des entreprises de coiffure organisé à Rennes, que Bernard Stalter a été réélu à la tête de la première organisation professionnelle du secteur.

Une décision unanime (puisque Bernard Stalter a été réélu avec 99% des voix) et de bonne augure pour la profession qui, rappelons-le, arrive au 2ème rang des activités artisanales en France avec 190 000 actifs, près d’1 million de consommateurs par jour et un chiffres d’affaire annuel de 6 milliards d’Euros. A l’heure où la coiffure fait face à de multiples enjeux, la feuille de route du président Stalter est claire et s’inscrit dans le prolongement de son premier mandat : revaloriser le secteur de la coiffure, anticiper les évolutions du métier, travailler à la réinvention de la profession et poursuivre la transformation de l’UNEC.

 

 

REVALORISER LE SECTEUR DE LA COIFFURE

La Coiffure est aujourd’hui un véritable moteur de l’économie de proximité cependant, elle souffre d’un déficit d’image important. Il devient à la fois urgent et indispensable de faire évoluer les représentations du métier, de manière à préparer la relève et apporter des solutions aux difficultés de recrutement auxquelles la profession est confrontée mais aussi faire revenir le client dans les salons. Pour cela l’UNEC travaillera à :

  • Faire évoluer l’offre de formations afin de l’adapter aux attentes et besoins émergents des consommateurs, aux nouvelles pratiques et prendre en compte les nouvelles technologies.
  • Attirer des jeunes de tous horizons et pas seulement ceux en situation de rupture scolaire. C’est dans cette optique que l’UNEC est en train de mettre en place et de former des Ambassadeurs de la profession dont le rôle sera de promouvoir le métier auprès des jeunes.
  • Mener des réflexions sur les rémunérations et les conditions d’exercice du métier, afin de le rendre plus attractif.

 

ANTICIPER LES ÉVOLUTIONS DU MÉTIER, RÉINVENTER LA PROFESSION

Le monde traverse une période de profondes mutations, à tous niveaux : (r)évolution numérique, (r)évolution des comportements sociaux, des modes de consommation, des outils de gestion et de développement des entreprises, de la formation, du métier et des différentes manières de l’exercer….le changement est partout, il est radical et s’opère à une vitesse exponentielle.

Dans ce paysage quatre champs d’actions sont prioritaires :

  • Le numérique avec une réelle volonté de la part de l’UNEC d’aider la profession à prendre le virage du digital.
  • Les nouveaux modèles économiques: identification de ces nouveaux modèles et analyse des menaces et des opportunités qu’ils représentent pour la profession
  • Le marketing et la communication: duo essentiel à un repositionnement efficace du métier et à sa dynamisation
  • Le développement durable, avec la poursuite de l’accompagnement de la profession dans cette démarche que ce soit par des actions de sensibilisation, d’information ou de formation.

 

TRANSFORMER L’UNEC ET RÉFORMER LE SYNDICALISME

Depuis quelques années l’Union nationale des entreprises de coiffure a remporté de belles  victoires, telles que celle de la représentativité (aujourd’hui l’UNEC est l’organisation professionnelle de référence du secteur, rassemblant 90% des entreprises de coiffure adhérentes à un syndicat) ou le maintien de l’exigence de qualification professionnelle préalable à l’installation. Pour autant il apparaît nécessaire aujourd’hui de travailler à un nouveau syndicalisme, plus moderne et en adéquation avec l’air du temps. Aussi ces quatre prochaines années verront :

  • L’enrichissement de l’offre de services et des avantages proposés aux coiffeurs adhérents UNEC, avec notamment la mise en place d’une centrale d’achats permettant d'accéder à des conditions d'achats privilégiées.
  • Le renforcement des synergies entre l’UNEC nationale et son réseau régional et départemental dans l’optique d’amplifier la portée des actions mises en place et positionner plus fortement encore l’UNEC auprès des tiers.

Ces trois axes de travail donneront naissance à des projets à la fois innovants, structurants et ambitieux, ayant vocation à permettre à la profession de relever les défis qui s’imposent à elle du fait des profondes mutations qui bouleversent la société et le monde économique.

Pour Bernard Stalter : « La profession est à un carrefour de son histoire et le temps ne nous attendra pas. Notre projet est ambitieux, à la hauteur des enjeux qui s’imposent à la profession. Mais cela ne doit que renforcer notre détermination. Je suis certain qu’ensemble, grâce à notre mobilisation et notre passion, nous parviendrons à atteindre notre but : rendre ses lettres de noblesses à la Coiffure et la porter au rang de 1er secteur de l’artisanat ».

 

Composition du Conseil exécutif de l’UNEC pour la mandature 2018-2022 :

Bernard STALTER (Président), Christophe DORE (1er Vice-Président), Fabienne MUNOZ (2ème Vice-Présidente), Jacqueline LEYZOUR (Membre, Présidente chargée de la commission des finances), Laurent MELIN (Membre, Président chargé des commissions dialogue social et emploi-formation), David BRAULT (Membre, Président chargé de la commission des questions économiques et du développement durable), Magali BARANTIN (Membre, Présidente chargée de la commission artistique et concours), Valérie COISSIEUX (Secrétaire), Pascal ALTMANN (Trésorier), Laure BAZAN (Membre), Véronique FONTAN (Membre).


Retour

Ils sont partenaires de l'UNEC

  • Institutions de la coiffure
  • DGE
  • Loreal professionnel
  • aesio
  • Cegeco