Actualités

Très contestée, la Loi El-Khomri ambitionne de réformer en profondeur la législation du travail. Décryptage.

LICENCIEMENT ECONOMIQUE Pour justifier un licenciement économique, l'employeur devrait se fonder sur une durée minimale consécutive de baisse de chiffres d'affaire ou de commandes, en comparaison de la même période l'année précédente et dépendant de l'effectif (Ex : 1 trimestre pour un effectif inférieur à 11 salariés).

| Lire la suite...

Face aux risques de dérèglementation de la profession, l'UNEC lançait la campagne "J'Aime Mon Coiffeur" le 1er décembre 2015. Retour sur une opération qui a pris de l'ampleur.

RAPPEL DU CONTEXTE

Le 9 novembre 2015, le Ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, dévoile les grandes lignes de son projet de loi #NOE (pour Nouvelles Opportunités Numériques). Son ambition ? Libéraliser la croissance par l'emploi et le développement du numérique en faisant notamment évoluer le caractère obligatoire de certaines qualifications. Régulièrement visée par le Gouvernement, la branche coiffure pourrait ainsi voir disparaître l'obligation de détenir un brevet professionnel pour ouvrir un salon.

| Lire la suite...

L’IFOP vient de publier son Baromètre des TPE, une enquête de conjoncture trimestrielle réalisée pour le compte de Fiducial auprès des Très Petites Entreprises.

En plus de dresser le bilan d’une année 2015 difficile, l’enquête nous révèle que « l’allègement du système des qualifications obligatoires des artisans (à l’exemple des coiffeurs) pour pouvoir exercer subit un tollé, 64 % des patrons s’y opposant ».

| Lire la suite...
J'Aime Mon Coiffeur

Le 1er Décembre 2015, l'UNEC (Union Nationale des Entreprises de Coiffure) lance l'opération "J'AIME MON COIFFEUR" pour souligner combien, au sens propre, "Coiffeur, c'est un métier".

Rappel : Lors de son introduction, lundi 9 Novembre dernier, de la loi Nouvelles Opportunités Economiques (dite #Noé ou Macron 2), le Ministre de l'Economie Emmanuel Macron évoquait la nécessité de faire évoluer le caractère obligatoire de certaines qualifications. 

| Lire la suite...

Lorsque l'on s'attaque à la jeunesse, à la musique et à un certain art de vivre à la française, on s'attaque aussi à la liberté.

L'UNEC tient à réaffirmer sa solidarité à l'égard des victimes des attentats qui ont été perpétrés dans la soirée du vendredi 13 novembre à Paris.

Nous nous sentons concernés au premier chef par le sens de cet acte horrible. L'idéologie véhiculée par ces terroristes vise à tout interdire, à tout condamner et à rendre le monde triste.

Nous représentons les coiffeurs qui travaillent au quotidien pour offrir aux français une certaine expression artistique, une joie de vivre et une diversité. Dans un monde où tout est interdit, il n'y aura pas plus de place pour les coiffeurs qu'il n'y en aura pour la beauté et le bien-être des concitoyens. Nous appelons l'ensemble des coiffeurs à combattre l'obscurantisme et la violence par leur créativité au quotidien.

| Lire la suite...

Ils sont partenaires de l'UNEC

  • Image 1
  • Image 2
  • Image 3
  • Image 4
  • Image 5