Actualités

Découvrez le résultat de l’étude à l’initiative des partenaires sociaux, dont l’UNEC, visant à mieux connaître les pratiques managériales et salariales du secteur.
 
L’institut d’études I+C, mandaté pour réaliser chaque année cette analyse, lance en cette fin de semaine la campagne 2016. Ainsi de nombreux salons de coiffure employeurs seront interrogés par mail ou par courrier pour répondre à cette enquête dont les conclusions permettent de défendre au mieux les intérêts des professionnels dans le cadre de la négociation avec les syndicats de salariés.

 

Découvrez la synthèse 2015 !

 

Mardi 27 juin, Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances intervenait pour la première fois devant l’ensemble des présidents des chambres de métiers et de l’artisanat réunis à l’APCMA autour de Bernard Stalter et en présence de représentants de l’UNEC.
 
A cette occasion le ministre s’est exprimé longuement sur la place et l’importance de l’artisanat dans les préoccupations du gouvernement par un discours qu’il a commencé avec une anecdote liée à … la coiffure. Bruno Le Maire s’est ainsi souvenu avec amusement que la dernière fois qu’il avait vu Emmanuel Macron avant que ce dernier ne le sollicite pour le Ministère de l’Economie était lors de leur venue sur le stand UNEC du salon MCB, un épisode qui selon ses mots lui « a porté chance ».
 
Bruno Le Maire n’a pas manqué de détailler les pistes de travail du gouvernement qui souhaite soutenir l’artisanat : transformation du RSI dès 2018, lutte contre la sur-transposition des directives européennes, droit à l’erreur administrative, valorisation des métiers de l’artisanat, accompagnement des mutations économiques (numérique), mise en place d’une banque des TPE pour faciliter l’obtention de petits crédits, plafonnement des indemnités prudhommales, réforme du code du travail, revalorisation de la voir professionnelle.
 
Bernard Stalter a quant à lui rappelé l’urgence dans laquelle se trouvent les entreprises artisanales pour trouver du personnel qualifié. Il appelle également à garder cette confiance et ce lien efficace entre le gouvernement et le réseau des CMA.
 
« Je vous invite volontiers à nous considérer comme votre secrétariat d’Etat à l’artisanat », a proposé Bernard Stalter au ministre. Le gouvernement peut s’appuyer sur l’expertise du réseau sur des sujets tels que l'aménagement du territoire, l'accompagnement des entreprises, la formation ou encore l'apprentissage.

Le 21 juin s'est tenu à Paris la conférence de presse du salon MCB by Beauté Sélection.

En présence de journalistes de la presse professionnelle le président de l'UNEC Bernard Stalter, Christophe Gabreau le président de Standing Events ainsi que Salvatore Fodera, président de l'Organisation Mondiale de la Coiffure ont pu présenter les principales caractéristiques de ce grand rendez-vous de la beauté.

Au delà des nombreux stands, le salon MCB by Beauté Sélection rassemblera des shows coiffure, des workshops et des conférences accessibles au public et aux professionnels du monde de la beauté.

L’édition 2017 proposera pour la première fois la Coupe du monde de la Coiffure, organisée par l’OMC. L’occasion pour le MCB by Beauté Sélection de mettre en lumière plus de 1 500 talents et compétiteurs internationaux pour lesquels les deux jours d’épreuves seront dédiés à la coiffure, aux soins et au maquillage.

Du coté de l'innovation, le salon prend le pas en aménageant deux lieux de convergence de l'innovation situés en plein coeur du salon : « Le Village Produits », présentant les innovations cosmétiques, matériels, accessoires et mobilier des exposants et « Le Village Innovation Technologiques et Digitales », regroupant les applications de fidélisation client, les produits connectés et innovations technologiques, et la digitalisation des points de vente.

Cette année la maire de Paris, Anne Hidalgo est marraine du MCB by Beauté Sélection, mais aussi de la « Hair and Beauty Week » et de l'OMC « Hairworld 2017 ». Ainsi une communication dédiée aux parisiens autour de ce rassemblement aura lieu via les supports et relais d'information de la mairie de Paris, faisant prendre toujours plus d'ampleur à l’événement.

Rendez-vous est pris mi-septembre !

Lundi 19 et mardi 20 juin était réuni à l’Institut Supérieur des Métiers, le groupe « Paris » de la 6ème promotion de notre Institut de Formation des Cadres de la Coiffure.

Au programme , marketing syndical et travail d’entrainement à la préparation d’argumentaires, interventions filmées et débriefing pour améliorer les techniques de prise de parole en public.
Le scond groupe de la promotion basé en Auvergne-Rhône Alpes, se réunira à Clermont-Ferrand sur le même thème les 4 et 5 juillet prochains.


Bravo à tous ces élus qui préparent avec assiduité la relève au service de la profession !

Un an après l’engagement d’Emmanuel MACRON au Congrès de l’UNEC, le décret confortant l’exigence de qualification professionnelle préalable à l’installation vient de paraître au Journal Officiel.

L’UNEC se sera battue durant plus de 18 mois pour remporter son combat contre la dérèglementation de la profession.

Suite au succès de l’opération « J’aime mon coiffeur » menée intensivement sur tout le territoire français, ainsi qu’aux différentes rencontres des représentants de l’UNEC avec Emmanuel MACRON, alors Ministre de l’Economie et des Finances, et ses services, la Coiffure semblait avoir gagné son combat en faveur du maintien de la qualification professionnelle préalable à l’installation.

Cela était sans compter les revirements de situation de dernière minute, fin 2016, après le départ d’Emmanuel MACRON du gouvernement.

En effet, au moment de l’écriture du décret, les services de Bercy faisaient marche arrière en proposant de remplacer l’exigence de Brevet Professionnel par « trois années d’exercice dans la profession ».

Une nouvelle intervention du Président de l’UNEC a permis d’éviter cette catastrophe et, après ces rebondissements successifs, nous obtenons enfin victoire.

Le décret sur les qualifications professionnelles, paru au Journal Officiel du 6 mai 2017, sera applicable au 1er juin 2017.


Nous avons désormais la garantie que :

  • Le Brevet Professionnel est indispensable pour l’ouverture d’un salon de coiffure
  • Le CAP est indispensable pour l’exercice de la coiffure à domicile
L’exigence de qualification professionnelle est non seulement un gage de sécurité et d’hygiène vis-à-vis des consommateurs, mais elle contribue à valoriser la profession et la tirer vers le haut.


L’UNEC est fière de cette victoire pour la profession !

Ils sont partenaires de l'UNEC

  • Image 1
  • Image 2
  • Image 3
  • Image 4
  • Image 5