S'installer en coiffure

S'il y a bien un métier où l'ascenseur social fonctionne, c'est la coiffure ! En effet, le secteur a toujours bénéficié d’une dynamique importante en matière de création et de reprise d’entreprise.

Ainsi, l’UNEC a un rôle fondamental dans l’information du public concernant les conditions de formation et d’installation. 

Forts du constat de cette dynamique à l’installation, nous avons créé un site spécifiquement dédié à la création et à la reprise d’entreprise dans le secteur : www.mon-projet-coiffure.com, sur lequel vous trouverez de nombreux outils et informations pour vous accompagner dans votre projet.

Etre coiffeur à son compte est souvent une vocation précoce. Pour 40% des projets, il mûrit pendant le salariat. C’est le désir d’indépendance qui ouvre la voie à l’entrepreneuriat, beaucoup plus que la volonté de créer son propre emploi.

Dans le processus d’installation, le choix de l’emplacement du salon est crucial, compte tenu de la saturation progressive du marché.

Concernant le financement de l’installation, les tickets d’entrée semblent stables : le coût d’installation en salon indépendant est de 54 000 €, contre 107 000 € en salon franchisé. L’accès au crédit bancaire semble compliqué pour 23% des salons indépendants et 38% des salons franchisés, qui doivent démarcher plus de 5 banques avant d’obtenir un prêt. 

Le recul des reprises d’entreprise est bien visible. Elles représentent 51% des installations en salon indépendant et 41% des installations en salon franchisé. Le choix de la reprise est d’abord un choix de sécurité (le rachat d’une clientèle) mais il s’agit également bien souvent d’une opportunité pour d’anciens salariés.

En termes d’organisation :

  • le choix du statut juridique dépend très fortement du type d’activité exercé : les salons indépendants privilégient majoritairement l’entreprise individuelle et 70% des salons franchisés choisissent le statut de société
  • 1 salon indépendant sur 2 démarre sans salarié

En termes de positionnement commercial, les entreprises proposent en très large majorité une activité de coiffure mixte.

A posteriori, les dirigeants dressent un bilan contrasté de leur installation : le principal écueil pour les salons indépendants est la réalisation des démarches administratives et la gestion/comptabilité de l’entreprise.

Ces problématiques sont partagées par les salons franchisés, qui font face à deux autres types de problème : la recherche du local (17%), le montage financier de l’installation et la gestion du personnel.


Retour

Ils sont partenaires de l'UNEC

  • Institutions de la coiffure
  • DGE
  • Loreal professionnel
  • Mutex
  • Cegeco