Les communiqués

Paris, le 22 avril 2016 - Le 21 avril 2016, Martine Pinville, Secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de L’Economie sociale et solidaire, s’est rendue au salon Studio Anae, dirigé par Madame Aude Livoreil Djampou, dans le 5e arrondissement à Paris.

L'Union Nationale des Entreprises de Coiffure (UNEC) :

  • remercie Madame Martine Pinville, Secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de L’Economie sociale et solidaire, pour son intérêt à l'égard des enjeux de la profession et sa volonté de rencontrer sur le terrain ceux qui les vivent au quotidien ;
  • souligne que cette visite et les échanges qui ont eu lieu entre Madame Martine Pinville, le Président Bernard Stalter et Madame Aude Livoreil Djampou, ont été l’occasion :
    • de faire la démonstration, dans ce salon école, de la modernisation du secteur : la prise en charge de la clientèle est aujourd'hui à la fois globale et personnalisée. La profession souhaite inciter à la formation par exemple aux demandes nouvelles et diversifiées qui requièrent de la technicité, comme les coiffures ethniques. Et l'avancée vers la numérisation est également bien lancée ;
    • de souligner la part prise par le secteur dans la formation des jeunes avec, au sein de ce salon, deux cas de reconversion réussie ;
    • d’alerter sur la paupérisation d’une partie de la profession et la fragilité de l’économie des salons ;
    • de rappeler la préoccupation de l'UNEC quant aux effets néfastes du relèvement des seuils permettant de conserver le statut de micro-entreprise ;

Enfin, un temps particulier a été réservé à l'évolution de la règlementation sur l'ouverture des salons de coiffure. Bernard Stalter, au nom de l'UNEC, a rappelé sa vigilance quant à la rédaction des décrets d’application de la loi Sapin 2 : son opposition ferme à la suppression de l’obligation du Brevet professionnel pour ouvrir un salon et son ouverture sur la question de la valorisation des acquis de l'expérience, moyennant une réactivité accrue du ministère de l’Education nationale. Ce sont les positions qu'il a défendues lors de son rendez-vous avec Emmanuel Macron, le vendredi 1er avril à Bercy.

« Nous sommes heureux que la Secrétaire d’Etat ait répondu à notre invitation, elle a pu ainsi constater les nombreux efforts fournis par la profession tant en faveur de la formation des jeunes que de la modernisation de ses pratiques. Nous avons également rappelé à la Ministre notre extrême vigilance sur la rédaction des décrets d’application de la loi Sapin 2 concernant les qualifications nécessaires à l’ouverture des salons de coiffure. Cela pourrait faire courir un risque de précarisation accrue du secteur. Nous avons fait des propositions à Emmanuel Macron, notamment sur la prise en compte de la validation des acquis de l’expérience, et nous souhaitons avancer avec le Gouvernement en ce sens dans une démarche constructive », a déclaré Bernard Stalter, Président de l’UNEC.

Consultez le communiqué de presse en pièce jointe.


Document(s) disponible(s)
CP "Rencontre avec Martine Pinville dans le cadre d'un salon de Coiffure : l’UNEC fait passer un message constructif sur la loi Sapin 2" 772.33 KB Télécharger

Retour