S'installer en coiffure

S'il y a bien un métier où l'ascenseur social fonctionne, c'est la coiffure ! En effet, le secteur a toujours bénéficié d’une dynamique importante en matière de création et de reprise d’entreprise.

Ainsi, l’UNEC a un rôle fondamental dans l’information du public concernant les conditions de formation et d’installation. 

Forts du constat de cette dynamique à l’installation, nous avons créé un site spécifiquement dédié à la création et à la reprise d’entreprise dans le secteur : www.mon-projet-coiffure.com, sur lequel vous trouverez de nombreux outils et informations pour vous accompagner dans votre projet.

Depuis 2009, les modalités de création-reprise dans la coiffure sont en pleine mutation. Comme les autres secteurs de l’artisanat, le régime de l’auto-entrepreneur a bouleversé de façon considérable le paysage de la création d’entreprise avec l’accélération des immatriculations.

La coiffure à domicile lui doit la poursuite de son essor, bien que sa progression soit également le résultat d’une mutation de l’offre de services et des modes de consommation.

L’installation en salon, indépendant ou franchisé, poursuit néanmoins la dynamique de ces dernières années.

| Lire la suite...
Document(s) disponible(s)
Rapport des métiers de la coiffure (2012) 3,177.96 KB Télécharger

Quel est le portrait-type du nouveau chef d'entreprise dans le milieu de la coiffure ?

Nous vous donnons quelques pistes.

  • Un entrepreneuriat essentiellement féminin : 81% des nouveaux dirigeants sont des femmes
  • 8% des créateurs sont d’origine étrangère
  • L’âge moyen des dirigeants à l’installation est de 38 ans
  • Les entrepreneurs de la branche coiffure sont des professionnels aguerris : 87% ont plus de 5 ans de métier quand ils s’installent ; 47% ont plus de 15 ans d'expérience
  • 79% des nouveaux dirigeants ont été formés par apprentissage et ont un brevet professionnel (BP). Les entrepreneurs sont majoritairement d’anciens salariés : en salon ou à domicile, leur parcours professionnel est quasiment identique par son modèle linéaire. L’ascension professionnelle se fait très nettement par le salariat.
  • Les investisseurs représentent 1 installation sur 10 : 12% des entrepreneurs, en moyenne, étaient, immédiatement avant leur nouvelle expérience d’entreprenariat, d’anciens chefs d’entreprise ayant opéré l'acte de rachat-revente d’une entreprise ou ayant fait muter leur statut.

Etre coiffeur à son compte est souvent une vocation précoce. Pour 40% des projets, il mûrit pendant le salariat. C’est le désir d’indépendance qui ouvre la voie à l’entrepreneuriat, beaucoup plus que la volonté de créer son propre emploi.

Dans le processus d’installation, le choix de l’emplacement du salon est crucial, compte tenu de la saturation progressive du marché.

Concernant le financement de l’installation, les tickets d’entrée semblent stables : le coût d’installation en salon indépendant est de 54 000 €, contre 107 000 € en salon franchisé. L’accès au crédit bancaire semble compliqué pour 23% des salons indépendants et 38% des salons franchisés, qui doivent démarcher plus de 5 banques avant d’obtenir un prêt. 

| Lire la suite...

Le rapport des métiers édité en 2012 (voir ici) a également permis d’établir un portrait des auto-entrepreneurs, dont 85% exercent en coiffure à domicile et 76% à titre principal.

Leur profil est un peu différent de celui des autres coiffeurs. Avant de s’installer à leur compte, ils exercent très majoritairement leur activité dans la coiffure, la plupart en tant que salariés. Tous sont des professionnels qualifiés, détenteurs d’un diplôme de type CAP (33%) ou d’un brevet professionnel (60%).

31% d’entre eux auraient créé leur entreprise quoiqu’il arrive (5% étant déjà chefs d’entreprise et ayant donc changé de statut), mais 69% des auto-entrepreneurs n’auraient pas créé d’entreprise sans ce régime. On peut donc dire que le statut d’auto-entrepreneur, fortement incitatif, a contribué à l’émergence de nouveaux projets de création-reprise d’entreprise chez plus des deux tiers des auto-entrepreneurs.

| Lire la suite...