Activités de coiffure : fermeture administrative et préparation de la réouverture prochaine

Les quelques jours qui viennent de s’écouler ont été émaillés de questions et de doutes. Ce nouveau confinement est bien évidemment un coup dur pour la profession. Pour autant il était de notre devoir d’organisation professionnelle de clarifier la situation au plus vite s’agissant de la possibilité ou non d’exercer la coiffure.

Suite à notre intervention officielle de samedi dernier auprès du Président Macron pour clarifier définitivement la question de l’exercice de la coiffure pendant la période du confinement (voir courrier ici), les ministres Alain Griset et Bruno Le Maire se sont exprimés clairement : l’exercice de la coiffure est interdit sous toutes ses formes en salon et à domicile, sur tout le territoire en période de confinement.

Cela vient d’être confirmé par le décret n°2020-131 du 2 novembre (voir le décret ici) qui précise par ailleurs les autres activités professionnelles pouvant être exécutées à domicile. Nous reviendrons vers vous très rapidement avec le détail des aides mises en place pour l’ensemble des activités de coiffure, salon et domicile, frappées de fermeture administrative.

Christophe Doré, président de l’UNEC, a rencontré le Ministre Bruno Le Maire : il a échangé sur la situation du métier de la Coiffure dans ce contexte de crise sanitaire, économique et sociale d’ampleur inédite. Notre objectif commun est clair : travailler à la réouverture au plus vite des entreprises de coiffure, qu’elles exercent en salon ou à domicile et a fortiori au plus tard pour le 1er décembre.

Nous sommes bien évidemment tous pressés de rouvrir, mais cela doit se faire uniquement si la situation sanitaire nous le permet. Le ministre a confirmé que la Coiffure a mis en place un protocole sanitaire exemplaire ; nous pourrons donc à nouveau prendre en charge nos clients de manière rassurante et sécurisée comme nous l’avons fait jusqu’ici.

Nous avons également appelé le ministre à prendre certaines mesures vitales à la survie du secteur face à ce 2ème confinement, notamment :

  • La simplification et la facilitation de l’accès aux aides telles que l’allocation de solidarité, l’APLD…,
  • La possibilité d’avoir recours au heures supplémentaires exonérées de charges sociales au mois de décembre
  • La possibilité d’ouvrir les dimanches du mois de décembre pour répondre à la demande des consommateurs qui seront dans l’attente depuis un mois.
  • Et bien sûr, le mise en place d’une TVA à 10%, au moins pendant 6 mois, dans le cadre du plan de relance

Vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement sur-mesure dans votre quotidien de chef d’entreprise de coiffure ? Nos experts juridiques sont là pour répondre à toutes vos questions. Rejoignez les milliers de chefs d’entreprise qui font confiance à l’UNEC.