Crise sanitaire : le calendrier progressif de sortie des restrictions en 4 dates

Dans une interview aux journaux de la presse quotidienne régionale (PQR) et au Parisien, le président de la République évoque des dates précises pour la levée des mesures restrictives instaurées pour limiter l’épidémie de Covid-19.

Emmanuel Macron conditionne, dans son propos, la levée des restrictions évoquées au fait que le taux d’incidence reste inférieur à 400 cas pour 100 000 habitants, seuil actuellement dépassé dans 8 départements (13,60, 75, 77, 91, 93, 94 et 95). Ce seuil reste relativement haut et le président de la République le justifie en expliquant que la vaccination va porter ses fruits.

Le calendrier évoqué par le chef de l’État évoque le calendrier progressif suivant :

  • A partir du 3 mai : fin des restrictions de déplacements interrégionaux et fin des attestations de déplacement en journée.
  • A partir du 19 mai : le couvre-feu serait repoussé de 19h à 21h. Réouverture de tous les commerces et des musées, monuments, théâtres, cinémas et lieux de spectacle avec du public assis, dans la limite de 800 spectateurs en intérieur, et 1 000 à l’extérieur. Réouverture des terrasses des restaurants (6 personnes par table maximum). Cette date du mercredi 19 mai est donc la date de réouverture des salons situés dans les galeries commerciales actuellement fermées.
  • A partir du 9 juin : le couvre-feu serait repoussé à 23h. Cafés et restaurants rouvrent complètement (toujours 6 personnes par table). Réouverture, sous condition de pass sanitaire, des salons et foires. Assouplissement du télétravail.
  • A partir du 30 juin : levée du couvre-feu. Levée des restrictions restantes en fonction de la situation sanitaire locale. Avec un pass sanitaire, il serait possible de participer à des événements de plus de 1 000 personnes, en extérieur et en intérieur.

Le président de l’UNEC, Christophe Doré, se réjouit à la perspective d’une reprise progressive de toutes les activités et en tout premier de la reprise des activités pour les salons de coiffure fermés certains depuis fin janvier. « Ces informations apportent enfin une visibilité aux chefs d’entreprise et un espoir de reprise de l’économie et donc de la consommation ». L’assouplissement du télétravail (à partir du 9 juin) et le redémarrage de la vie sociale et culturelle des français devraient contribuer à booster l’activité coiffure.