Crise sanitaire : les mesures de freinage renforcées sont étendues à l’Aube, la Nièvre et le Rhône

En raison de la dégradation des taux d’incidence de Covid-19, les départements de l’Aube, de la Nièvre et du Rhône s’ajoutent aux 16 départements déjà soumis à des mesures de freinage renforcées.

Dans ces 3 nouveaux départements, à compter de vendredi 26 mars 2021 à minuit et pour une durée de 4 semaines, seuls certains commerces peuvent ouvrir (dont les service de coiffure) et les déplacements, sauf exceptions, sont limités. En revanche, les écoles restent ouvertes. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé dans sa conférence de presse du 25 mars 2021.

Ainsi dans ces 3 nouveaux départements les mesures appliquées seront identiques aux 16 départements déjà concernés. En complément du couvre-feu, des mesures renforcées sont instaurées en journée de 6h à 19h. Durant cette période, les déplacements sont interdits :

  • Seuls les commerces vendant des biens de première nécessité élargis au livre, à la musique, à la coiffure, aux fleuristes, aux vendeurs d’automobile sur rendez-vous, à la réparation et entretien instrument de musique, seront ouverts.
  • Les écoles restent ouvertes
  • Les déplacements hors du domicile seront encadrés :
    o Il est possible de sortir en journée sans limitation de durée et sans attestation (un seul justificatif de domicile suffit) dans un rayon de 10 km autour du domicile ;
    o Les déplacements interrégionaux seront interdits sauf motif impérieux ou professionnels ;
    o Des consignes strictes seront transmises aux préfets pour limiter au maximum les regroupements : les rassemblements de plus de six personnes en extérieur sont interdits sur tout le territoire

A noter : D’autres départements, où le seuil d’incidence dépasse 250 cas pour 100 000 habitants, sont placés en vigilance renforcée : l’Ain, les Alpes-de-Haute-Provence, les Ardennes, l’Indre-et-Loire, l’Isère, le Jura, le Loir-et-Cher, la Loire, la Lozère, la Marne, la Meuse, l’Orne, la Savoie, la Haute-Savoie, le Vaucluse et l’Yonne.

Sur tout le territoire, la vigilance doit être accrue sur les risques de contamination sur les lieux de travail.

L’objectif est de :

  • Pousser au maximum le télétravail soit 4 jours par semaine, pour les activités pour lesquelles cela est possible
  • Être vigilant sur le transport : on constate moins de contamination dans les transports en commun qu’en co-voiturage où le port du masque est moins respecté
  • Au moindre symptôme, les salariés ne doivent pas se rendre au travail
  • Le moment des repas reste une source de risque. C’est pourquoi la Ministre du Travail est chargée d’établir un protocole en concertation avec les partenaires sociaux.

Vous êtes adhérent UNEC et vous avez une question, un doute sur l’application de ces règles dans la pratique de votre activité de coiffure ? N’hésitez pas à contacter nos équipes de juristes spécialisés par téléphone ou par mail.

Vous n’êtes pas encore adhérent ?
Bénéficiez de l’accompagnement de nos experts juridique et business au quotidien : rejoignez en quelques clics les milliers de chefs d’entreprise de coiffure qui nous font déjà confiance.