Plan de relance pour la coiffure : les 5 revendications de l’UNEC

À quelques jours de la réouverture des salons l’Union nationale des entreprises de coiffure interpelle le gouvernement sur un plan de relance indispensable à la survie de la profession.

« 0 chiffre d’affaires / 0 charges » à jusqu’ici été notre principale revendication pour permettre aux entreprises du secteur de passer le cap du confinement et nous avons obtenu la mise en place du fonds de solidarité et l’adaptation du dispositif de chômage partiel.

A l’heure du déconfinement et au-delà du travail réalisé sur la fiche sanitaire, l’Union nationale des entreprises de coiffure demande aujourd’hui au gouvernement :

1 – Défiscalisation des heures supplémentaires

Dans l’immédiat et à l’heure où l’on va devoir allonger les journées de travail et les horaires d’ouverture des salons pour accueillir une clientèle qui semble impatiente de retrouver leurs coiffeurs, nous demandons l’exonération de leurs charges patronales jusqu’à la fin de l’année.

2 – Aides financières permettant d’acquérir des équipements de protection

Il va être économiquement difficile voire impossible de faire supporter à de nombreux clients ou aux entreprises le surcoût lié à l’acquisition des équipements nécessaires à la pratique sécurisée des prestations de coiffure, cette aide est un corollaire indispensable à la reprise, et concerne toutes les formes d’activité : salons avec ou sans salarié ou coiffure à domicile.

3 – Exonération totale des charges pendant 3 mois, quelque que soit la taille de l’entreprise

Du fait de l’impossibilité structurelle lors de la reprise d’assurer les prélèvements obligatoires, de rembourser les dettes liées au report des charges, tout en dégageant un bénéfice, du fait notamment de conditions de travail diminuant très fortement la rentabilité, nous souhaitons une exonération totale des charges pendant 3 mois.

4 – Activation d’un dispositif d’indemnisation de perte d’exploitation en lien avec les compagnies d’assurance

5 – Maintien du bénéfice du fonds d’indemnisation pour les entreprises qui ne pourront pas réouvrir le 11 mai

au regard des difficultés opérationnelles et matérielles de mise en œuvre du plan de prévention.

Pour accéder à la newsletter complète :