Portrait Franck Avogadri

Franck Avogadri : “ Notre métier est merveilleux ”

Après une carrière prestigieuse de trente ans en France et à l’international, Franck Avogadri conserve un salon au coeur de Saint -Germain-des -Prés. Même s’il se consacre désormais à la peinture et à la sculpture , le maestro visionnaire a accepté de revenir sur les temps forts de son parcours .

Qu’est-ce qui vous a propulsé dans une carrière internationale ?

Grâce à mes titres de champions de France, d’Europe, à l’international et de champion universel, je suis entré chez Eugene Perma. En qualité de directeur artistique et d’ambassadeur de la marque, j’étais le numéro un et à ce titre, j’assurais toutes les manifestations dans les grandes capitales, en Afrique, en Australie… .

Comment vous sont venues vos inspirations ?

Le plus souvent en dormant, durant mes voyages en avion ou en train. Ce sont des endroits où l’esprit est au repos. Vous pouvez penser sans être dérangé. Comme par magie, les idées arrivaient en flashes. En outre, vous devez vous nourrir : dès que j’avais un moment, ayant une prédilection pour l’art et la peinture, j’allais voir des expos et je visitais des musées. J’allais partout, partout.
Il faut tout voir, tout entendre…

Vos plus beaux souvenirs ?

Notre profession nous conduit à être multi-casquette et permet de magnifiques opportunités de rencontres. Grâce à Eugene Perma, j’ai fait vingt fois le tour du monde. En parallèle, je suis entré dans le monde de la haute-couture, collaborant avec Thierry Mugler, Nina Ricci, Stéphane Saunier, Jean-Louis Scherrer, Madame Carven…

Quelle est votre vision du métier ?

Le métier tel qu’il a existé, existe toujours mais on a lui donné d’autres armes, notamment avec le rôle d’Internet qui permet la vente en ligne et les réseaux sociaux. C’est la nouvelle façon de communiquer mais à condition d’être attentif à la qualité des visuels et à la pertinence des messages.

En quoi est-ce qu’une organisation comme l’UNEC est importante à vos yeux ?

Notre rôle est de sublimer les personnes. En cela, notre métier est merveilleux car il offre des possibilités énormes, parfois sous-exploitées par défaut de formation. Qu’une organisation comme l’UNEC oeuvre à défendre notre savoir-faire à travers des messages porteurs, notamment auprès des jeunes, est essentiel pour l’avenir.

Franck Avogadri