Actualités

Nous traversons une période de profondes mutations, à tous niveaux : (r)évolution numérique, (r)évolution des comportements sociaux, des modes de consommation, des outils de gestion et de développement des entreprises, de la formation, du métier et des différentes manières de l’exercer….le changement est partout, il est radical et s’opère à une vitesse exponentielle.

L’UNEC se fait fort de saisir ces bouleversements comme de réelles opportunités ! Elle doit faire preuve d’anticipation et d’innovation, de manière à conduire les changements et non les subir de plein fouet.  Quatre champs d’actions sont pour nous prioritaires :

LE NUMÉRIQUE

Une enquête a été réalisée par l’UNEC en collaboration avec la DGE,  dont les résultats ont été présentés il y a quelques jours.  Force est de constater que malgré une prise de conscience des enjeux de la révolution numérique, la profession ne maîtrise pas encore le sujet de manière à s’y projeter de façon dynamique et efficace. Notre organisation professionnelle devra donc aider la profession à prendre le virage du numérique.

LES NOUVEAUX MODELES ÉCONOMIQUES

De nouveaux modèles économiques sont en train d’émerger, tels que la location de fauteuil ou les plateformes de réservation en ligne. Quels sont ces modèles économiques ? Quels sont leurs intérêts et leurs limites ? Vont-ils complètement éclipser les modèles classiques, qui eux sont dépassés et voués à disparaître ? Comment bénéficier des avantages liés à ces modèles économiques émergents tout en prémunissant le secteur d’un phénomène d’ubérisation ?  Telles sont les questions auxquelles notre organisation professionnelle devra répondre, après avoir fait une analyse poussée de ce nouveau paysage économique. Le rôle de l’UNEC sera également de sécuriser les pratiques, en travaillant à leur encadrement juridique.

LE MARKETING ET LA COMMUNICATION

La baisse de fréquentation des salons de coiffure est une problématique avérée et je pense que notre organisation professionnelle a un réel rôle à jouer dans la reconquête du consommateur. Pour cela, il conviendra de replacer le client au cœur de nos préoccupations. Nous devons le faire rêver, le ré-enchanter de manière à ce qu’il fasse appel à son coiffeur non plus par nécessité mais par plaisir de passer un moment de bien-être et de détente.  La mise en place de réflexions et d’actions dans les domaines du marketing et de la communication sera la clé de la réussite.

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

L’UNEC, qui a pris la mesure des enjeux du développement durable depuis quelques années maintenant, s’est fortement impliquée dans ce dossier. Elle continuera à accompagner la profession dans cette démarche responsable et citoyenne, que ce soit par des actions de sensibilisation, d’information ou de formation. Je propose également de travailler sur l’ouverture du label développement durable « Mon coiffeur s’engage » aux salons sans salarié, qui représentent plus de 50 % des établissements.

De la pertinence avec laquelle nous répondrons à ces enjeux dépendent l’avenir de la profession. Soyons ambitieux, faisons progresser la Coiffure de manière à ce qu’elle devienne le premier secteur de l’Artisanat !

Bernard Stalter

Président de l’UNEC


Retour

Ils sont partenaires de l'UNEC

  • Institutions de la coiffure
  • DGE
  • Loreal professionnel
  • aesio
  • Cegeco